KWS : comptes rendus de lecture sur la Science-Fiction

Anders Fager : les Furies de Borås

(Samlade svenska kulter, 2011)

sélection de nouvelles fantastiques

chronique par Philippe Paygnard, 2014

par ailleurs :

Dès la première nouvelle, celle qui offre son titre à ce recueil, le ton est donné. Anders Fager entraîne ses lecteurs dans une Suède qui ne ressemble nullement à celle des cartes postales, ni même aux noires ambiances des polars de Stieg Larsson, Henning Mankell ou Camilla Läckberg. "Les Furies de Borås" permettent ainsi de découvrir les nuits folles et ténébreuses de cette petite ville, où certaines lycéennes se transforment en bacchantes furieuses pour invoquer un démon monstrueux.

Même si les Furies de Borås est constitué de treize textes en apparence totalement indépendants, Anders Fager introduit rapidement des liens entre les différentes nouvelles, mais aussi les courts intermèdes, baptisés Fragments, qui ponctuent l'ouvrage. Certains personnages apparaissent et réapparaissent ainsi, au gré des récits, et leur sombre trajectoire laisse d'indélébiles marques dans ce livre complexe et intrigant.

Toutes géographiquement situées en Suède, les nouvelles d'Anders Fager font pourtant irrésistiblement songer aux récits ténébreux qui forment la base de la mythologie développée par l'Américain H.P. Lovecraft (1890-1937). Écrit du point de vue d'un énigmatique et inhumain Voyageur, le Fragment VI fait forcément penser à "la Couleur tombée du ciel" du nouvelliste de Providence. Alors que "Trois semaines de bonheur" renvoie presque naturellement au "Cauchemar d'Innsmouth". Cette filiation littéraire finit d'ailleurs par être pleinement assumée lorsque le nom de Nyarlathotep, l'un des dieux monstrueux du panthéon perverti imaginé par Lovecraft, apparaît en toutes lettres dans la nouvelle finale, "le Bourreau blond". Cependant, alors que Lovecraft créait souvent l'angoisse par la suggestion et le non-dit, Anders Fager n'hésite pas à décrire par le menu les détails des sanglantes bacchanales de Borås ou du triste destin du chien Smulan.

Il faut enfin noter que les treize récits présentés ici ne constituent qu'une sélection réalisée par la traductrice, Carine Bruy, au sein des trois recueils de nouvelles composés par Anders Fager et publiés, entre 2009 et 2011, en Suède.

Même s'il nourrit ses textes de références à l'œuvre de Lovecraft, ainsi qu'à d'autres classiques de l'horreur ou du folklore et de l'histoire scandinaves, Anders Fager a le bon goût de livrer des nouvelles originales et percutantes qui donnent véritablement envie de découvrir le reste de ses écrits.

Philippe Paygnard → Keep Watching the Skies!, nº 74, septembre 2014

Commentaires

Ajouter un commentaire

Les commentaires sont publiés après validation par Quarante-Deux.