Sauter la navigation

 
Vous êtes ici : Quarante-Deux KWS Sommaire du nº 49 le Serpent à collerette

Keep Watching the Skies! nº 49, juillet 2004

Francis Berthelot : le Serpent à collerette

nouvelle de Fantasy ~ chroniqué par Pascal J. Thomas

 Chercher ce livre sur amazon.fr

Pour éviter l'anglicisme Fantasy, plus d'un critique francophone préconise le terme Merveilleux — voir par exemple l'ouvrage de référence d'André François Ruaud en "Folio SF", Cartographie du Merveilleux. Soulignant ainsi la filiation du genre avec le conte de fées. Berthelot n'est pas ici dans la filiation du conte de fées, mais en plein dans le conte de fées lui-même, écrit avec autant d'élégance que d'économie. Dès les premières phrases, on croit lire un conte classique, saturé néanmoins d'un sens de la vie quotidienne qu'on associe plus aisément aux récits contemporains.

Prunelle, sa mère et son frère vivent dans un modeste village de pêcheurs. Leur père ne revient pas d'une sortie en mer, leur mère se remarie, le beau-père, sympathique saltimbanque, se révèle la nuit inquiétant sorcier… En sus de l'intrigue au développement guidé par la logique des contes, Berthelot introduit quelques éléments de psychologie familiale. Et conclut un récit qu'on pourra recommander aux lecteurs précoces par la capacité, et encore assez frais pour avoir gardé un goût pour le merveilleux.

Les vieux lecteurs blasés feront immédiatement un décodage sexuellement explicite du titre de l'ouvrage, et placeront le conte au niveau de la métaphore des abus sexuels sur enfant. Avec des remarques simplement dites, mais bien placées, sur le sentiment de culpabilité qui envahit les victimes de tels faits. Dommage que la préface de Georges-Olivier Châteaureynaud prenne la peine de nous donner cette clé ; dommage, parce qu'elle est trop évidente pour nous les vieux, et que les parents craindront peut-être que leur progéniture, une fois munie du livre, n'ait pas le bon sens de sauter la préface pour plonger droit dans la fiction. Je ne me plaindrai pas plus de la préface, toutefois, car elle trace, sous forme de plaidoyer pro domo et joyeusement partial, une histoire de la Nouvelle Fiction, mouvement littéraire dans lequel Berthelot s'est inscrit, en même temps qu'une biographie littéraire de l'auteur. Un plaisir aussi, fût-il bien différent.