KWS : comptes rendus de lecture sur la Science-Fiction

Daniel F. Galouye : les Seigneurs des Sphères

(Lords of the Psychon, 1963)

roman de Science-Fiction

chronique par Noé Gaillard, 1999

par ailleurs :

Les hasards (?) de l'édition font aujourd'hui de ce roman une nouvelle uchronie. L'histoire commence en 1993 et fait référence à une troisième guerre mondiale. Une poignée de militaires luttent contre les Sphères qui, dans un but bien précis, tuent et déchaînent chaque année un torrent de violence sur le monde. Bien sûr, les humains vaincront les Sphères.

Victoire de l'esprit sur la matière, victoire du petit groupe d'individualités contre les diverses collectivités (celles des religieux, des “collabos” entraînés par un tyran, des Sphères enfin), victoire des hommes et femmes conscients de l'humanité sur les collectivités plus ou moins soudées par des buts définis.

Je ne sais quel accueil ce roman a reçu à sa sortie en France et aux USA, mais j'aimerais bien qu'aujourd'hui il ne passe pas inaperçu. Ce n'est pas parce qu'il a trente-six ans que vous devez le considérer comme un vieux film en noir et blanc indigne de vos appareils modernes. En fait, il va bien au-delà des problèmes de guerre froide et d'anticommunisme primaire manifestes à l'époque et c'est sans doute le tour de force de Galouye. Ses personnages sont crédibles, se posent des questions et surtout ne doivent leur victoire qu'au fait qu'ils se sont libérés de leurs peurs.(1) On notera qu'en 1955 paraissait en France aux éditions Métal, réédité au Masque en 1977, un livre signé Nathalie et Charles Henneberg, la Naissance des dieux, qui utilisait une idée identique à celle de Galouye, à savoir la brume indéfinissable qui se façonne en fonction de la volonté de ceux qui se donnent la peine d'essayer. La brume indéfinissable comme source et réceptacle d'un inconscient collectif…

Essayez donc ce noir et blanc adroitement colorisé par sa réédition.

Noé Gaillard → Keep Watching the Skies!, nº 31-32, mai 1999


  1. Si j'ai bien lu, Freud est cité.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Les commentaires sont publiés après validation par Quarante-Deux.