KWS : comptes rendus de lecture sur la Science-Fiction

Jack Vance : la Mémoire des étoiles

(Night lamp, 1996)

roman de Science-Fiction

chronique par Noé Gaillard, 1999

par ailleurs :

Devant l'épaisseur du volume et des problèmes de gestion du temps, j'ai pensé en repousser la lecture et puis j'ai voulu savoir comment vieillissait le grand Vance. Et le phénomène bien connu s'est reproduit. Je ne sais si vous êtes comme moi, mais dès que je commence un Vance, il m'est difficile de l'abandonner et surtout de le lire en diagonale.

Le vieux Vance vieillit bien, merci ! et je ne suis pas loin de partager l'avis du rédacteur de la quatrième de couverture : « Un visionnaire inimitable, un maître de l'humour en demi-teinte, un conteur de génie… et peut-être, en fin de compte, un des géants littéraires de ce siècle. ».

Nous vivons ici le premier quart de vie d'un jeune homme baptisé Jaro qui, privé du souvenir de ses six premières années, parvient à retrouver sa mémoire. Récits enchâssés, scènes humoristiques, civilisations particulières, amours s'entrecroisent pour tenir le lecteur en haleine. Jaro et ses parents adoptifs, Jaro et les filles, Jaro et son père, etc., Vance imagine en décalquant le monde et en gauchissant par l'hyperbole, l'exotisme, l'humour, les notes de l'auteur des situations que nous pourrions nous aussi raconter… Et son souffle nous entraîne dans les recoins les plus éloignés de notre imaginaire courant. Il ose raconter ce que nous nous inventons pour devenir des héros et nous devenons impatients de commander (?!) au héros son comportement. Bien sûr, cela peut sembler sans surprise à certains, mais à ce moment-là Vance imagine à Jaro un frère jumeau parfaitement crédible et défoncé à la schizophrénie…

Vance offre une lecture cathartique légèrement distanciée par un soupçon d'humour et un happy end du plus bel effet, qui donne envie de lire une suite.

Noé Gaillard → Keep Watching the Skies!, nº 31-32, mai 1999

Commentaires

Ajouter un commentaire

Les commentaires sont publiés après validation par Quarante-Deux.