Ellen Herzfeld : Velléitaire et fantasque, un journal à parution kantonpeusuelle

dimanche 11 septembre 2011

Alexander Jablokov : Brain thief

Couverture du livre

J'avais gardé un bon souvenir de quelques textes de Jablokov lus il y a des années, de sorte que j'ai entrepris Brain thief avec enthousiasme. En plus, les critiques le présentaient comme bien enlevé et très drôle.

Hélas, les premières cent pages ont été difficiles. J'avais du mal à suivre une intrigue qui ne semblait aller nulle part. J'ai failli abandonner mais finalement j'ai commencé à m'y intéresser suffisamment pour aller jusqu'au bout.

Le personnage principal, Bernal, travaille pour Muriel Inglis, riche excentrique qui finance des projets bizarres, parmi lesquels le clonage de mammouths pour les réintroduire dans la nature, ou la création d'un engin d'exploration de planètes extraterrestres piloté par une intelligence artificielle dénommée Hesketh. Bernal est son seul employé et s'occupe de tout, à la demande.

Dès le début, Muriel disparaît dans des conditions étranges. Bernal rentre tout juste d'une mission et trouve un message cryptique de sa patronne, une carte manuscrite insérée dans une botte de cowboy, posée sur le rebord de la fenêtre de sa chambre. C'est Muriel qui lui dit d'aller au laboratoire où Hesketh est en cours d'assemblage. Juste à ce moment il entend un bruit et la voit, vêtue d'une chemise de nuit, qui coure vers le garage, et il se lance à sa poursuite. Mais ayant constaté que sa voiture était en panne, elle part chez le voisin et, le temps que Bernal arrive à la suivre, elle a disparu à bord d'une Mercedes stationnée là-bas. Un homme sort alors de la maison en hurlant que quelqu'un vient de voler sa voiture. Il apparaît rapidement qu'il s'agit en fait d'un voleur en train de dévaliser la maison voisine et qu'il a un besoin urgent d'un véhicule pour prendre la fuite. Il assomme donc Bernal avec un chien en bronze...

À partir de là, tout le reste du livre consiste en une suite de courses poursuites et de rencontres de personnages tous plus bizarres et déjantés les uns que les autres. Bernal agit plus ou moins comme le ferait un détective privé à la recherche d'une personne disparue sans raison apparente. Mais il se débrouille nettement moins bien et va d'une source prometteuse à une autre pour constater soit qu'il a fait fausse route soit qu'il est tombé dans un piège...

Toute cette action est décrite longuement, avec de multiples détails et des dialogues qui partent dans tous les sens, parfois apparemment juste pour le plaisir de la phrase. On ne peut nier que ce soit souvent inventif, certes, mais je l'ai trouvé un peu lassant à la longue. Je ne dédaigne pas les digressions (Iain M. Banks et Neal Stephenson sont des spécialistes) mais celles de Jablokov m'ont paru irrémédiablement mainstream.

Parmi les bizarres rencontrés, il y a un certain Spillvagen, ancien employé d'une société, Long Voyage, qui s'occupe de congeler puis de conserver les corps ou les têtes de personnes décédées qui, de leur vivant, espéraient, grâce à ce procédé, revivre un jour. Il est poursuivi en permanence par Yolanda, dont l'oncle (ou plutôt sa tête) a, elle en est persuadée, subi des dommages que l'entreprise refuse d'admettre. On rencontre Charis Fen, femme au gabarit impressionnant, ancienne policière, qui connaît Muriel et travail épisodiquement pour elle. Il y a Ignacio, dont la boîte de réparation mécanique est en fait une couverture pour divers trafics, et qui a une employée, Patricia, qui lui sert aussi d'amante et de punching-ball... Et d'autres encore.

En arrière-plan, il y a une série de meurtres, certains avec décapitation, et le meurtrier court toujours.

On comprend rapidement que Hesketh, dont on ne verra jamais que des morceaux, fonctionne en fait, non pas avec des microprocesseurs mais avec des cerveaux congelés provenant soit de têtes volées à Long Voyage, soit de personnes assassinées, d'où le titre du livre. Et, apparemment, Hesketh a des projets personnels.

Il m'est totalement impossible de décrire l'intrigue qui est plutôt compliquée voire confuse bien que j'aie l'impression que, possiblement, tout se tienne car à plusieurs reprises j'ai pu constater que des éléments mentionnés en passant à un endroit servent effectivement à quelque chose par la suite.

Il y a enfin la question de l'humour. J'ai lu plusieurs critiques qui décrivaient ce livre comme très drôle. J'ai peut-être souri deux ou trois fois, mais je n'ai certainement jamais ri. Bon, je trouve aussi que Mel Brooks est rarement drôle, alors c'est peut-être mon sens de l'humour qui est en cause. Pourtant, Douglas Adams, Fredric Brown et certains films du cinéma français m'ont fait rire aux éclats. Allez savoir.

Le sujet aurait, on s'en doute, pu être spéculativement intéressant, mais ce n'était manifestement pas l'objectif de l'auteur. On est essentiellement dans une suite de scènes, parfois très loufoques, qui feraient un film d'action original, avec une belle brochette de personnages plutôt minables mais hauts en couleur. L'enchaînement des événements se tient quand même suffisamment pour que j'aie eu envie de savoir comment ces aventures bancales allaient se terminer. La fin est une apothéose, toujours très cinématographique, mais sans grand intérêt science-fictif. Comme l'ensemble du livre d'ailleurs, du moins en ce qui me concerne.