Philippe Curval : Carnet particulier

samedi 3 mars 2012

Ça va mal

Ceux qui ne lisent aucuns News, magazines ignorent que de petits dictateurs y sévissent contre la S.F.. Ils agissent impunément sur des terrains contrôlés, privilégiés. Et, s’ils n’envoient pas directement les œuvres dans leurs Sibérie éditoriales en n'en parlant jamais, ils les oppriment dialectiquement. Grâce à leur petit pouvoir, ils tentent en permanence d’assassiner ce qu’ils considèrent avec mépris comme un résidu.

Par exemple, si vous aviez comme moi, l’occasion de lire Ciné Télé Obs, supplément du Nouvel Observateur, magazine superbobo auquel je suis abonné par masochisme, vous vous apercevriez qu’il s’agit, dans les marges, d’un tract anti-science-fiction. Pas de semaine sans qu’un François Forestier impudent, qu’un Olivier Bonnard, notre correspondant à Hollywood, et tous les autres critiques, n’attaquent ignominieusement le passage d’un film de S.F. sur une chaîne satellitaire ou câblée.

Souvent, ils n’ont pas tort, car la production des films de genre n’est pas supérieure à celles des “films passion”, ‘“films frisson”, “comédies” etc., mais leur acharnement à démolir systématiquement ceux qui relèvent de la science-fiction est sans limite. En dehors, bien entendu, des quelques intouchables encensés par l’establishment, comme les films de Stanley Kubrick, des adaptations de Dick à la rigueur.

Ce constat ne m’énerverait pas exagérément de la part de profonds ignorants de cette littérature, qu’ils ont rejetée aux oubliettes depuis qu’ils ont perdu toute imagination. C’est la manière dont ils opèrent qui les rend indignes.

Prenons comme exemple, cette semaine, la critique de World Invasion : Battle Los Angeles. Ledit Olivier Bonnard démontre dans un article préliminaire qu’il s’agit d’un film de guerre dont les images tournées caméra à l’épaule évoquent celles du conflit irakien, du point de vue exclusif d’un bataillon de marines. Sauf que les ennemis sont remplacés par des extraterrestres. Soit, World invasion est probablement un OGM de navet. Mais pourquoi dans les pages programmes, un énigmatique N.D. (qui, dans mon esprit, signifie : Note de la direction) écrit à ce propos :

S.F. signifie sans façons. Non merci.

Visiblement, dans l’esprit de N.D., “sans façons” — qui s’écrit aussi avec un trait d’union — est péjoratif à l’égard de la science-fiction tout entière, voudrait introduire l’idée qu’il s’agit d’un genre sans intérêt, “qui n’a pas de manière”. Grossière erreur. Car sans façons au pluriel, veut dire “tout bonnement”, “simplement”, plutôt sympathique. En écrivant “sans façon”, il aurait exprimé ce qu’il pense de la S.F., le contraire de “grande classe, raffiné, ultra chic”, — comme le sont les rédacteurs de Ciné Télé Obs —, c’est-à-dire vraiment niais.

Comme quoi, quand on veut être agressif, il est préférable de consulter un dictionnaire.

Dans le genre sans façon, le 22 février 2012, les élus de la République viennent de réaliser un coup pendable. Que ce soit le Sénat de gauche ou l’Assemblée nationale de droite, ils ont voté à l’unisson une loi qui autorise la numérisation des livres “orphelins” du XXe siècle. Doux euphémisme ! À partir de demain, n’importe quel éditeur aura le droit de vendre tout roman essai, etc. qui ne serait plus disponible dans le commerce. Simplement en le numérisant à la Bibliothèque Nationale. À charge pour les auteurs de s’y opposer s’ils s’en aperçoivent ou d’aller quémander quelques centimes en adhérant auprès d’une organisation dont on ne connaît rien.

En contradiction complète avec la loi Hadopi, le gouvernement vient d’inventer le téléchargement légal des livres épuisés (qui appartiennent dès ce moment à ceux qui l’ont écrit). Ceci en négation complète des droits d’auteur des écrivains, réputés inaliénables jusqu’à leur entrée dans le domaine public, soixante-dix ans après leur mort. Cette loi est un assassinat ! Combattons-la!

Commentaires

1. Ayerdhal — à 10:55, le samedi 24 mars 2012

Salut Philippe,
Concernant la Loi sur la numérisation des livres indisponibles du XXè siècle, le collectif Le droit du serf a rédigé un communiqué qui se télécharge ici :
http://wp.queffelec.net/wp-content/...
Ce communiqué prolonge la pétition en ligne ici : http://www.petitionpublique.fr/Peti... qui compte à cette heure 2219 signataires.
Le communiqué explicatif, qui tient sur feuille A4, est à destination des lecteurs que l'on rencontre lors des séances de dédicace en salon, festival, rencontre, etc.
Rejoins-nous, diffuse, communique, selon ton gré.
Amitiés,
Yal

Table des matières

Carnets