Carnet d'Ellen Herzfeld, catégorie Lectures

Nancy Kress : Yesterday's kin

court roman de Science-Fiction inédit en français, 2014

Ellen Herzfeld, billet du 23 décembre 2014

par ailleurs :

Yesterday's kin de Nancy Kress est un court roman, peut-être même une novella (pour savoir il faudrait compter les signes), publié récemment.

Il y a tout ce qu'il faut : des extraterrestres qui viennent sur Terre, une grave menace pour l'humanité, des scientifiques qui s'efforcent de trouver une parade…

L'histoire est racontée de deux points de vue. Celui d'une biologiste, Marianne, et celui de son plus jeune fils, Noah. Marianne vient de découvrir un nouvel haplotype, le trente et unième, dans l'ADN mitochondrial de certains humains. Comme les autres, ils sont en descendance directe de l'hypothétique "Ève mitochondriale" qui serait l'ancêtre féminin de tous les humains. Noah, contrairement à son frère et à sa sœur, n'a pas trouvé sa voie, ni même sa personnalité. Il erre, il se cherche, et pour cela, il n'a rien trouvé de mieux que de s'adonner à une drogue, le Sugarcane, dont l'effet est de donner passagèrement l'impression d'être un autre, à chaque fois différent. Ce qu'il ressent comme préférable à n'être personne, mais qui rend les relations stables difficiles.

Marianne va à une fête en son honneur organisée par ses collègues universitaires. Elle n'aime pas trop ça, mais bon, elle fait bonne figure, même devant le doyen qui passe pour la forme et qui manifestement ne sait rien de ses recherches. Et au beau milieu des réjouissances, voilà des agents du FBI qui débarquent et qui l'emmènent, sans explication. Elle suppose, avec raison, que c'est en rapport avec les extraterrestres qui sont arrivés quelques mois plus tôt. Ils ont rapidement construit une “ambassade” flottante dans le port de New York mais sont restés invisibles. Évidemment, les humains ont réagi de façon très diverse, pas toujours dans le sens de la logique, d'autant que les nouveaux venus affirment être là pour des motifs parfaitement pacifiques.

Les “Denebs”, nom qui leur a été attribué pour des raisons sans rapport avec leur véritable origine, ne veulent discuter qu'avec le chef des Nations Unies, et annoncent qu'ils sont venus pour sauver l'humanité d'une catastrophe imminente : le passage de la Terre à travers un nuage cosmique contenant un agent pathogène mortel. Dans moins d'un an. Ils veulent donc mettre en place une équipe de scientifiques de haut niveau dans leur ambassade pour trouver, en urgence, un remède ou un vaccin.

Et ils ont aussi besoin de Marianne pour toute autre chose. Ils se montrent à elle et elle constate qu'ils ont un aspect très proche des humains. Et pour cause, car ils sont originaires de la Terre. Quelqu'un ou quelque chose a déplacé un groupe d'humains il y a environ 150 000 ans sur une planète similaire à la Terre où ils ont évolué en fonction des conditions locales, mais n'ont pas eu le temps de diverger de façon drastique. La planète étant plus clémente que la Terre, ils ont moins eu besoin d'être agressifs et ont eu moins de guerres, ce qui leur a permis d'avancer plus vite dans certains domaines scientifiques et techniques. Leur société est matriarcale et construite autour de la famille, le clan, d'une façon bien plus profonde que chez nous. Ils savent qu'ils ont tous un haplotype particulier, L7, justement celui découvert par Marianne, et ils veulent trouver leurs frères humains de la Terre, du même haplotype. Ainsi, ils mettent en place une collecte d'échantillons dans la population, et l'équipe de Marianne est chargée de faire les analyses. Les personnes qui correspondent sont invitées à bord de l'ambassade, et traités comme des membres de la famille.

Marianne, certes très prise par ses travaux, est aussi très préoccupée par ses enfants : Ryan, botaniste passionné qui s'intéresse aux espèces envahissantes, dont l'épouse est enceinte ; Elizabeth, chef de groupe dans une formation plus ou moins militaire chargée de garder les frontières d'une Amérique devenue totalement isolationniste et xénophobe ; et Noah, le petit dernier, mal vu depuis toujours par ses aînés, et mal dans sa peau.

Malgré la brièveté du roman, on apprend à bien connaître tous les protagonistes. On voit aussi les réactions, à mon avis sans surprise, des humains face à la menace qui approche inexorablement ; certains y croient, d'autres non, et comme on peut s'y attendre, il y a des violences, des attentats, etc. On passe assez vite sur ces événements, faute de place mais ce n'est pas essentiel pour l'histoire. Le récit reste centré sur le rôle de Marianne et ses interactions avec ses enfants et les quelques Denebs qui communiquent avec elle. Et aussi sur Noah, dont l'évolution sera bien plus surprenante, et intéressante.

Le tout est mené de main de maître, sans un moment de baisse de niveau. Les considérations scientifiques sont présentées sans lourdeur, les réactions des personnages sont crédibles et compréhensibles, l'action est décrite avec une grande efficacité. On pourrait se demander pourquoi Nancy Kress n'a pas choisi d'en faire un texte bien plus long ; il y avait matière. Mais elle aime bien cette longueur qui laisse assez de place pour développer une histoire intéressante, où chaque mot compte, où il n'y a rien à jeter.

Quelque part, ce roman ressemble fort à de la SF classique : des extraterrestres qui débarquent, une menace pour la Terre, des scientifiques qui cherchent à l'éviter… Mais c'est plein d'idées modernes, de considérations actuelles, et c'est si bien raconté, si bien construit, avec quelques surprises et retournements inattendus, que le résultat est, pour moi, un petit bijou.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Les commentaires sont publiés après validation par Quarante-Deux.